vendredi 11 août 2017

Raymond Roussel : La Doublure

                                                    Poussant une brouette,
S'approche, à gauche, un grand et très gros campagnard ;
Sa tête immense a l'air souriant, goguenard,
Avec l'aspect heureux d'un bon propriétaire ;
Dans la brouette on voit un peu de grosse terre
Véritable, noirâtre et par paquets ; il est
Sans veste, en pantalon gris très clair, en gilet
Ouvert par où l'on voit son plastron de chemise ;
Au bout d'une baguette on lit : « Terre promise »
Sur un écriteau jaune encadré d'un dessin
Formant un fin zigzag ; en dessous : « au voisin »
Est écrit entre deux parenthèses.

Raymond Roussel, La Doublure [1897] in Œuvre, tome 1, Jean-Jacques Pauvert, 1994, p. 267.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

André Baillon : Délires

Il marchait parfois très vite. Il comptait marcher jusqu'à rejoindre son père qui voyageait de l'autre côté de l'eau, en Anglet...